ATELIER DE GRAVURE

DANIEL GUILLOTIN

Galerie

Atelier

Expositions

Bio-Notes

Contact

Liens

Daniel Guillotin

Graphiste/Graveur

Né à Caen en 1960

Diplômé de l'Ecole des Beaux-arts de Caen

Création de l'Atelier du haut de la rue en 2005



NOTES

Graphisme et gravure
Ces deux mots ont quelque chose en commun.
Le trait, qu'il soit écrit ou gravé, profond ou caressé, nous propose toujours un sentiment.

Le poids des bagages
Un artisan maçon qui se mettrait à la peinture aurait en lui le goût des matières, une façon d'étaler des couches en épaisseur, la manière de tenir un couteau, de mélanger des pigments à un liant...
De mon côté, le graphisme était là avant la gravure. L'expérience graphique accentue la sensibilité aux signes, aux formes, à la composition élémentaire et aux matières...
Le plus simplement, en noir et blanc, débarrassé de ce qui améliore, séduit ou exagère...


Ce qui résiste au dépouillement
Ce que je cherche, ce qui me touche dans la composition,
c'est ce qui résiste au dépouillement, ce qui refuse de disparaître
ou de diminuer. Chaque fois que j'enlève un peu, ce qui reste se met
à exister d'avantage, ou plutôt révèle quelque chose d'élémentaire qu'on ne voyait pas avant, et qui tient debout.
Ou pas.
Il y a quelque chose d'expérimental dans la composition,
il faut tenter, éprouver l'équilibre des forces, à force de déséquilibres.
Ce n'est pas une formule, c'est un jeu de provocation entre surfaces. Des espaces qui s'affrontent et se disputent le pouvoir.
De toutes petites surfaces peuvent prendre la main juste parce
que la lumière est dans leur camp.
Elles ne gagnent pas, elles résistent.

Elles composent.
Si d'autres yeux s'arrêtent devant cet assemblage, sans le faire basculer, il se passera sans doute quelque chose, quelque chose
qui fera d'une expérience un sentiment partagé.
Alors je tente, et je cherche des yeux pour partager.

De la place pour l'autre
Je me demande parfois (tous les jours) ce qui me rend si sensible
à si peu de choses. Ce qui me fait enlever la couleur pour savourer
les nuances, ce qui me rend si perméable au noir.
Je sais que je n'aime pas les images autoritaires, les images terminées, celles qui ont tout dit, celles qui me soufflent ce que je dois regarder, ce que je dois aimer, et qui me diront la même chose demain sans me laisser la moindre place.
C'est plus facile de mettre des mots sur ce qui nous dérange.
Rechercher l'économie, c'est aussi pour moi le moyen de laisser de la place pour l'autre. Lui suggérer un sentiment sans le prendre par la main, lui proposer une sorte d'association, une place pour y mêler
ses propres histoires.


Dans la matière
L'estampe ne ressemble à aucune autre expression artistique.
Parce qu'elle est liée à des techniques, elle semble nous emmener
loin de l'expression libre, rapide et spontanée.
C'est vrai, et c'est pourtant de cette nature que naissent tous les plaisirs de la gravure.
L'estampe n'est qu'une empreinte, seulement l'image ou la trace
d'un objet.

La gravure, elle, se consacre à l'objet, elle prend du temps, oblige
la main et l'outil. Mon plaisir est là, dans la matière.
La gravure ne produit rien d'immédiat, elle fait durer le plaisir
(et la frustration).Simplement un travail manuel, quelle que soit la nature du sujet ou l'intention. C'est sans doute ce qui la rend unique

et lui donne sa note d'humilité si bienvenue...
Elle se moque du besoin d'expression, dans tous les cas, elle nous fait patienter.
On peut subir cette contrainte, ou bien goûter le plaisir de voir
un objet devenir lentement le support d'une matière affective.
Pierre Soulages pense que la gravure, contrairement à la peinture,
se regarde de près. Si on observe les visiteurs d' expositions de gravures, il n'est pas le seul. Elle se regarde de près sans doute aussi parce qu'elle se réalise de près.
Pour celui qui la touche, la gravure change définitivement le rapport
à la matière. Ce n'est plus la forme qui compte mais son état de surface, sa porosité, son grain, sa capacité à retenir l'encre et à résister
à la pression...


Pendant que les mains s'intéressent à la matière, l'esprit est déjà dans la trace qu'elle laissera sur le papier.
Le double effet de la gravure est assuré.

à suivre...

Atelier du haut de la rueatelier_de_gravure_et_darts_plastiques.html
Atelier de gravure et d’arts plastiquesatelier_de_gravure_et_darts_plastiques.html